image-35
Texte de l'article intégral

La Patrie (1)
10 janvier 1948

La coupole du marché Bonsecours incendiée


Les explosions et les incendies se multiplient à un rythme effarent dans la métropole. Mercredi et jeudi deux explosions dont la violence causa une mort et infligea des blessures à de nombreuses personnes ; hier soir, un incendie spectaculaire qui fit flamber comme torche le dôme du vieux marché Bonsecours, dont les plans furent dessinées en 1842 par l’architecte anglais William Footner et qui servit de premier hôtel de ville à la métropole.

La coupole du marché Bonsecours incendiée

Un incendie spectaculaire, qui a nécessité deux alarmes, s’est déclaré hier soir dans le dôme de 60 pieds qui surplombe l’historique Marché Bonsecours de notre ville, et ce n’est qu’une heure plus tard, grâce aux efforts combinés de nombreuses brigades de pompiers, que tout danger de conflagration est disparu.

Les flammes, qui s’élevaient à une centaine de pieds dans les airs, ont illuminé comme  en plein jour le quartier des affaires, et ont attiré des multitudes de curieux sur les lieux du sinistre. Les amateurs de sensationnels en ont eu pour leur argent, car le spectacle en valait réellement la peine.

Un moment, on a craint que l’incendie ne se propage à tout l’édifice, mais, heureusement, le danger était bientôt conjuré.

La première alarme a été donnée à 8h22 pm, et la seconde 5 minutes plus tard. À 9h25 pm, l’incendie, comme nous le disions plus haut, était sous contrôle.

Montréal aurait perdu un de ses plus vieux monuments dans le Marché Bonsecours. Tout le monde ne le sait peut-être pas, mais il fut notre premier hôtel de ville il y a plus de 100 ans, en 1845. En 1849, il servit de parlement intérimaire. Ce n’est qu’en 1878 qu’il fut finalement désaffecté, à l’époque de la construction du nouvel hôtel de ville.

MORCEAU PAR MORCEAU

C’est la quatrième fois en près de cinq ans que le vieux Marché Bonsecours est la proie des flammes.

On craignait à un moment une panique dans la foule qui au moment de l’alerte encombrait le rue St-Paul et les rues adjacentes.

La première alerte donnée à 8h23, fut bientôt suivie d’une seconde sonnée exactement cinq minutes plus tard, soit à 8h27. Le retour fut donné à 9h25.

Les pompiers de toute la division centre, sous les ordres du directeur Raymond Paré, répondirent à l’appel. Un détachement, laissé sur les lieux, combattait les flammes, à une heure avancée, cette nuit.

Les explosions et les incendies se multiplient à un rythme effarent dans la métropole. Mercredi et jeudi deux explosions dont la violence causa une mort et infligea des blessures à de nombreuses personnes ; hier soir, un incendie spectaculaire qui fit flamber comme torche le dôme du vieux marché Bonsecours, dont les plans furent dessinées en 1842 par l’architecte anglais William Footner et qui servit de premier hôtel de ville à la métropole.

La coupole du marché Bonsecours incendiée

Un incendie spectaculaire, qui a nécessité deux alarmes, s’est déclaré hier soir dans le dôme de 60 pieds qui surplombe l’historique Marché Bonsecours de notre ville, et ce n’est qu’une heure plus tard, grâce aux efforts combinés de nombreuses brigades de pompiers, que tout danger de conflagration est disparu.

Les flammes, qui s’élevaient à une centaine de pieds dans les airs, ont illuminé comme  en plein jour le quartier des affaires, et ont attiré des multitudes de curieux sur les lieux du sinistre. Les amateurs de sensationnels en ont eu pour leur argent, car le spectacle en valait réellement la peine.

Un moment, on a craint que l’incendie ne se propage à tout l’édifice, mais, heureusement, le danger était bientôt conjuré.

La première alarme a été donnée à 8h22 pm, et la seconde 5 minutes plus tard. À 9h25 pm, l’incendie, comme nous le disions plus haut, était sous contrôle.

Montréal aurait perdu un de ses plus vieux monuments dans le Marché Bonsecours. Tout le monde ne le sait peut-être pas, mais il fut notre premier hôtel de ville il y a plus de 100 ans, en 1845. En 1849, il servit de parlement intérimaire. Ce n’est qu’en 1878 qu’il fut finalement désaffecté, à l’époque de la construction du nouvel hôtel de ville.

MORCEAU PAR MORCEAU

C’est la quatrième fois en près de cinq ans que le vieux Marché Bonsecours est la proie des flammes.

On craignait à un moment une panique dans la foule qui au moment de l’alerte encombrait le rue St-Paul et les rues adjacentes.

La première alerte donnée à 8h23, fut bientôt suivie d’une seconde sonnée exactement cinq minutes plus tard, soit à 8h27. Le retour fut donné à 9h25.

Les pompiers de toute la division centre, sous les ordres du directeur Raymond Paré, répondirent à l’appel. Un détachement, laissé sur les lieux, combattait les flammes, à une heure avancée, cette nuit.